The Istanbul Convention Against Gender Based Violence

By Emilien Miner
The Convention on Preventing and Combating Violence against Women and Domestic Violence, also known as the Istanbul Convention, was adopted on 7 April 2011 by the Committee of Ministers of the Council of Europe and entered into force on 1 August 2014. It sets the minimum standards for the prevention of gender-based violence.

The Convention is the first binding European instrument to establish a legal framework to anticipate violence against women; it creates better protection for victims and ensures that perpetrators are prosecuted. The incriminated acts take the form of “psychological and/or physical violence, sexual violence, rape, harassment, female genital mutilation, forced marriages, forced abortion and sterilisation”. The convention also aims to empower the police more effectively, create more accessible shelters, intensify free and accessible telephone hotlines 24/7 and create emergency assistance centres for victims to receive medical advice and disseminate relevant and concise information on victims’ rights.

So far, the Convention has 46 signatory countries, 32 of them ratified it. The first one to do so was Turkey at the beginning of 2012, followed by 31 other States between 2013 and 2018 (these States are Albania, Andorra, Austria, Belgium, Bosnia and Herzegovina, Croatia, Cyprus, Denmark, Spain, Estonia, Finland, France, Georgia, Greece, Italy, Macedonia, Moldova, Iceland, Monaco, Norway, Poland, Portugal, Serbia, Slovakia, San Marino, Sweden, Switzerland).

Strong Monitoring Tools

The Convention provides a range of tools for its implementation and monitoring, including two monitoring bodies:

  • A group of independent experts, the Group of Experts on Combating Violence against Women and Domestic Violence (GREVIO), which was initially composed of 10 members and expanded to 15 members after the 25th ratification
  • A political body, the Committee of Parties, which is composed of representatives of the Parties (countries that have ratified) to the Istanbul Convention

This mechanism is accompanied by two monitoring procedures. There is a country-by-country assessment procedure and a special investigation procedure.

The country-by-country assessment procedure begins with a general evaluation, which is then followed by evaluation cycles every four years. In this context, GREVIO submits questionnaires to the Parties and may request additional information. It also takes into account information received from relevant Council of Europe bodies and bodies established under other international instruments: namely the United Nations Committee on the Elimination of Discrimination against Women, non-governmental organisations and national human rights institutions.

GREVIO may initiate a special investigation procedure if it receives reliable information indicating that measures are necessary to prevent the occurrence of a serious, widespread or recurrent phenomenon related to any act of violence covered by the Convention. In such a case, GREVIO may request the Party concerned to submit a special report as a matter of urgency. Taking into account the information at its disposal, GREVIO may appoint one or more of its members to conduct an investigation and report the results to it. Where necessary and with the agreement of the Party, the investigation may include a visit to the country concerned.

The Situation in Europe

Data on violence against women are still insufficiently disseminated. In order to clarify this landscape at the European level, it seems relevant to express some key figures from the 2014 report of the European Union Agency for Fundamental Rights, indicating the extent of physical and sexual violence committed against women. The data is overwhelming: “one in three women admits to having experienced at least one form of physical and/or sexual violence since the age of 15” and “one in 20 women has been raped”. This sexual violence constitutes a real violation of fundamental human rights and causes disorders in women’s health and well-being.

This type of brutal action concerns all the countries of the Union and can occur in any place at any time. It can be understood as one of the causes of inequalities between women and men. Thus, in order to put an end to this situation of distress, it is necessary to strengthen the methods of action and in particular the legal arsenal in this area.

Offering a better protection, the text also benefits migrant women within the ratifying countries. A woman enduring domestic violence for example can thus apply for asylum. These women will be allowed to apply for an “autonomous residence” permit. The treaty applies in time of peace as well as in time of armed conflict.

Successes and Challenges Since its entry into force, more than 52 cases related to violence against women and 48 cases concerning domestic violence have been brought to the European Court of Human Rights, under the Istanbul Convention. Despite this positive trend, attitudes seem difficult to change and streets and households are far from being a safe environment for numerous women. Violence and inequalities must not only be fought through law, but also with a voluntary intervention of States, in the field of education and in providing sufficient infrastructure and protection mechanisms. Policies leading to deep structural changes in our societies should be initiated to anticipate violence rather than treating it.

As part of his studies in international relations, specialising in the MENA region, Emilien spent three months in Amman, Jordan at the International Organization for Migration. He then moved to Tunisia to study the role of Tunisian civil society in the country’s democratic transition. His research led him to the “Euro-Mediterranean Human Rights Network” where he had the opportunity to work for two years.

La Convention d’Istanbul contre la violence basée sur le genre

Par Emilien Miner
La Convention sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique, également connue sous le nom de Convention d’Istanbul, a été adoptée le 7 avril 2011 par le Comité des Ministres du Conseil de l’Europe et est entrée en vigueur le 1er août 2014. Elle fixe les normes minimales pour la prévention de la violence sexiste.

La Convention est le premier instrument européen contraignant à établir un cadre juridique pour anticiper la violence à l’égard des femmes ; elle crée une meilleure protection des victimes et garantit que les auteurs soient poursuivis. Les actes incriminés prennent la forme de “violences psychologiques et/ou physiques, violences sexuelles, viols, harcèlement, mutilations génitales féminines, mariages forcés, avortements forcés et stérilisations”. La convention vise également à renforcer l’autonomie de la police, à créer des centres d’hébergement plus accessibles, à intensifier les lignes d’assistance téléphonique gratuites et accessibles 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 et à créer des centres d’assistance d’urgence pour les victimes afin qu’elles puissent recevoir des conseils médicaux recevoir des informations sur leurs droits.

A ce jour, la Convention compte 46 pays signataires, dont 32 l’ont ratifiée. Le premier à l’avoir fait a été la Turquie au début de 2012, suivie de 31 autres États entre 2013 et 2018 (ces États sont l’Albanie, Andorre, l’Autriche, la Belgique, la Bosnie-Herzégovine, la Croatie, Chypre, le Danemark, l’Espagne, l’Estonie, la Finlande, la France, la Géorgie, la Grèce, l’Italie, la Macédoine, Moldova, l’Islande, Monaco, la Norvège, la Pologne, le Portugal, la Serbie, la Slovaquie, San Marino, la Suède, la Suisse).

De solides outils de suivi :

La Convention fournit une série d’outils pour sa mise en œuvre et son suivi, à savoir deux organes:

– Un groupe d’experts indépendants, le Groupe d’experts sur la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence familiale (GREVIO), qui était initialement composé de 10 membres et est passé à 15 membres après la 25e ratification.

– Un organe politique, le Comité des Parties, composé de représentants des Parties (pays ayant ratifié) à la Convention d’Istanbul.

Ce mécanisme s’accompagne de deux procédures de suivi : une procédure d’évaluation pays par pays et une procédure d’enquête spéciale.

La procédure d’évaluation pays par pays commence par une évaluation générale, qui est suivie de cycles d’évaluation tous les quatre ans. Dans ce contexte, le GREVIO soumet des questionnaires aux parties et peut demander des informations complémentaires. Il tient également compte des informations reçues des organes compétents du Conseil de l’Europe et des organes créés en vertu d’autres instruments internationaux, à savoir le Comité des Nations Unies pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes, les organisations non gouvernementales et les institutions nationales des droits de l’homme.

Le GREVIO peut engager une procédure d’enquête spéciale s’il reçoit des informations fiables indiquant que des mesures sont nécessaires pour prévenir l’apparition d’un phénomène grave, généralisé ou récurrent lié à tout acte de violence tel que défini par la Convention. Dans un tel cas, le GREVIO peut demander au pays concerné de présenter d’urgence un rapport spécial. Compte tenu des informations dont il dispose, le GREVIO peut désigner un ou plusieurs de ses membres pour mener une enquête et lui en communiquer les résultats. Si nécessaire et avec l’accord du pays, l’enquête peut inclure une visite sur le terrain.

La situation en Europe

Les données sur la violence à l’égard des femmes sont encore insuffisamment diffusées. Afin de clarifier ce paysage au niveau européen, il semble pertinent de citer quelques chiffres clés du rapport de 2014 rédigé par l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne, indiquant l’ampleur des violences physiques et sexuelles commises à l’encontre des femmes. Les données sont accablantes : “une femme sur trois admet avoir subi au moins une forme de violence physique et/ou sexuelle depuis l’âge de 15 ans ” et ” une femme sur 20 a été violée “. Cette violence sexuelle constitue une véritable violation des droits fondamentaux de la personne humaine et laisse de graves séquelles psychologiques. 

Ce type d’action brutale concerne tous les pays de l’Union et peut se produire en tout lieu et à tout moment. Ainsi, pour mettre fin à cette situation de détresse, il est nécessaire de renforcer les moyens d’action et en particulier l’arsenal juridique dans ce domaine.

Offrant une meilleure protection, le texte concerne également les femmes migrantes dans les pays qui l’ont ratifié. Une femme victime de violence domestique à l’extérieur des frontières du conseil de l’Europe peut donc, par exemple, demander l’asile. Ces femmes pourront demander un permis de séjour “autonome”. Le traité s’applique en temps de paix comme en temps de conflit armé.

Succès et défis

Depuis son entrée en vigueur, plus de 52 affaires de violence à l’égard des femmes et 48 affaires de violence domestique ont été portées devant la Cour européenne des droits de l’homme, en vertu de la Convention d’Istanbul. Malgré cette tendance positive, les attitudes semblent difficiles à changer et les rues et les ménages sont loin d’être un environnement sûr pour de nombreuses femmes. La violence et les inégalités doivent être combattues non seulement par le droit, mais aussi par une intervention volontaire des États, dans le domaine de l’éducation et en fournissant des infrastructures et des mécanismes de protection suffisants. Des politiques conduisant à de profonds changements structurels dans nos sociétés devraient être lancées pour prévenir la violence plutôt que d’en guérir les conséquences.